Problématiques environnementales des emballages en papier et carton 

 

Il existe 5 familles d'emballages en papier et carton :

  •  Papiers d'emballage souple (sacs, pochettes, garniture...) 4 % 
  • Emballages carton pour liquides alimentaires (briques) 6 % 
  • Cartons plats pliant (petits emballages) 20 % 
  • Caisses et boîtes en carton ondulé 60 % 
  • Cartonnages divers adaptés aux produits (bobines, etc) 10 %

 

La production de pâte à papier est l'étape commune du cycle de vie des différents emballages papier/carton. Les étapes de fabrication de pâte à papier sont :

  • le défibrage du bois
  • la formation de la pâte à papier qui peut être obtenue de deux façons : par la voie mécanique, ou par la voie chimique
  • le pressage des feuilles
et concentrent plusieurs enjeux environnementaux :
  • la consommation de biomasse (ou ressource renouvelable)
  • la consommation d'énergie qui participe à la consommation de ressources fossiles énergétiques non-renouvelables
  • la consommation d'eau : l'industrie papetière se classe au 2nd rang européen en consommation d'eau douce 
  • l'emploi et le rejet de substances toxiques qui participent aux catégories d'impacts eutrophisation et acidification de l'air. Ces substances sont utilisées lors du procédé chimique : des biocides ou du sulfate sont notamment ajoutés pour dissoudre la lignine et maintenir la cohésion entre les fibres.

 

La fin de vie des emballages en papier/carton est par ailleurs un fort enjeu. En 2010, 57 % des emballages en papier/carton ménagers étaient recyclés . Ce taux passe à 86% pour l'ensemble des emballages en papier/carton (primaire, secondaire et tertiaire inclus) . La plupart des emballages en papier et carton ayant la caractéristique de pouvoir être recyclés pour produire de nouveaux emballages, ce taux de recyclage des emballages en papier/carton reste donc améliorable.

NB : Les briques alimentaires sont également recyclées, mais leur taux de recyclage reste faible par rapport aux autres emballages en papier/carton (38% en 2008 ). Cependant, l'augmentation du taux de recyclage des briques alimentaires de 34% entre 2000 et 2008 montre que leur recyclage a un vrai potentiel d'amélioration.

 

Les points méthodologiques importants pour les évaluations environnementales concernant le périmètre du cycle de vie à prendre en compte sont :


- La gestion durable des forêts. En effet, les modes de gestion des forêts peuvent induire des impacts environnementaux très différents, ainsi :


   o Une gestion durable des forêts nécessite de replanter des arbres suite à l'abatage et de veiller à la croissance ou la stabilisation de la forêt. Dans le cas de gestion non-durable, le bénéfice lié à la captation de CO2 par le bois n'est pas pris en compte.


   o La gestion de la biodiversité, qui est pour le moment difficilement quantifiable avec l'ACV , peut être très différente d'une forêt à une autre.


- Lorsque la pression sur la ressource en bois est forte et qu'elle est donc considérée comme « contrainte » , l'utilisation du bois comme matériau pour la fabrication d'emballage a pour conséquence de priver l'utilisation de ce bois par la filière bois-énergie. Cela peut alors inciter certains industriels à consommer davantage d'énergie fossile. Cependant ce constat ne fait pas consensus auprès des différentes parties intéressées.

Les étapes contributrices aux impacts environnementaux sont (non-classées par ordre d'importance):

- Les étapes de production de la matière première

   o Captation de CO2 par la photosynthèse

   o les émissions de poussières, lors du défibrage du bois

- Les étapes de production du papier

   o Consommation d'eau

   o Consommation d'énergie qui participe également à l'effet de serre

   o Émissions dans l'air et dans l'eau de composés halogénés, de solvants, de métaux et de pigments qui participent à l'éco-toxicité et à la production d'ozone photochimique 

- Les étapes de transport

   o Étapes de transport des emballages vides. Cependant, dans le cas des emballages en papier ou en carton, ceux-ci sont acheminés à plat sur le site de remplissage, ce qui permet une optimisation du transport.

   o Étapes de réacheminement des emballages pour leur recyclage

- Les bénéfices du recyclage 

o Economie de matière première et d'eau (moins d'eau est nécessaire pour le procédé de recyclage que le procédé de production de pâte à papier vierge)

 

Leviers d'amélioration

 

Depuis plusieurs dizaines d'années, l'industrie du papier a fait des efforts considérables pour réduire son impact environnemental. Les leviers majeurs qui pilotent l'écoconception et donc la réduction des impacts environnementaux sans compromettre les attentes clients, la fonctionnalité et le coût sont :

- Continuer dans la gestion durable des forêts

   o Extension des certifications forestières type FSC et PEFC qui permettent aux transformateurs de s'assurer que les approvisionnements en bois sont identifiés et suivis, et que la gestion des forêts est contrôlée par un organisme indépendant et accrédité. Ces certifications permettent :

- Conservation de la ressource forestière par un bilan nul ou positif de la ressource en bois (et donc du stock de carbone biogénique) lors de son exploitation : replanter au moins autant d'arbres qui ont été prélevés.

- Gestion des stocks de bois mais aussi de toutes les ressources associées : biodiversité, ressource en eau ...

- Communication sur les actions entreprises en termes de gestion de la biodiversité.

- La réduction de la pollution des étapes de production

 

Grâce à l'introduction de nouvelles technologies, les émissions de substances chimiques ont beaucoup diminué lors des 40 dernières années.

À partir des années 80, le procédé traditionnel au chlore gazeux a été progressivement remplacé afin de réduire les rejets de composés organo-chlorés. Par ailleurs, les rejets des matières oxydables de l'industrie papetière ont chuté de 73 % en 25 ans .

- Le remplacement de la production d'énergie à partir de pétrole par d'autres sources d'énergie
Les énergies telles que l'électricité et le gaz représentent aujourd'hui 80 % de l'énergie utilisée dans la filière. L'utilisation de biomasse connaît également une forte augmentation.
Entre 1982 et 2005, la consommation d'énergie par tonne produite a baissé de 15 TEP (Tonne Equivalent Pétrole) .

- La réduction de la consommation d'eau
De plus en plus de fabricants de papier recyclent l'eau en circuit fermé et la réutilisent.
Entre 1980 et 2005, la consommation d'eau est passée de 100 m3 à 35 m3 par tonne de papier/carton produite .

- Améliorer le taux de collecte sélective des emballages en papier/carton en fin de vie
L'augmentation du taux de collecte sélective permet d'augmenter le taux de recyclage des emballages et donc de contribuer au fonctionnement en boucle de la filière papier/carton. Entre 2002 et 2010, le taux de recyclage de l'ensemble des papier/carton est passé de 64 à 86% . Comme vu précédemment, cela contribue au capital de cellulose et donc au stockage de carbone biogénique.


ACV majeures publiées ou disponibles :

Les ACV sur les emballages en papier et en carton sont facilement disponibles dans la littérature . On peut notamment citer les études suivantes :

Ekvall, T.- Life-cycle analyses of corrugated cardboard: A comparative analysis of two existing studies. CIT Ekologik report 1992:3. 56 s, Chalmers Industriteknik, Göteborg, Sweden.- 1992

ECOBILAN & ADEME - Analyse de cycle de vie des caisses en bois, carton ondulé et plastique pour pomme - 2000

RDC & ADEME - Emballages industriels : évaluation environnementale de l'intérêt comparé entre réutilisation et usage unique -

Rapport sur les caisses - 2010

Boustead Consulting and Associates & Progressive Bag Alliance - Life Cycle Assessment for Three Types of Grocery Bags Recyclable Plastic; Compostable, Biodegradable Plastic; and Recycled, Recyclable Paper - 2007

Pro Carton - Guide pratique d'éco-conception - 2006

Tetra Pak & BIO IS - Analyses de cycle de vie des emballages de Tetra Pak - 2008

Pro Carton - Cartons and Carbon Footprint - 2009 

IDCube
La Souris Magique